Actualités

- Le GIEFS a participé à la réunion de lancement (Kick-off meeting) du projet européen LIFE 'MOTTLES' issu de la collaboration de trois pays : la Roumanie, l'Italie et la France. L'objectif de ce projet est l’établissent de nouveaux seuils critiques de protection des forêts par la surveillance des symptômes d'ozone ('Monitoring ozone injury for setting new critical levels'). Ce meeting s'est tenu du 7 au 12 septembre 2016 à Bucarest en Roumanie.

                                                                                               

A la suite de la réunion de lancement du projet MOTTLES, le GIEFS s'est rendu à la conférence sur l'Interétalonnage (Intercalibration course) organisé par l'ICP forest, qui a eu lieu à Brasov, en Roumanie du 12 au 15 septembre 2016.

- Le GIEFS était présent à la 5ème conférence de l'ICP forest (International Co-operative Programme on Assessment and Monitoring of Air Pollution on Forests) sur les effets de la pollution de l'air et du changement climatique sur les écosystèmes forestiers, du 11 au 13 mai 2016 au Luxembourg.


Événements passés

- le GIEFS a participé à la 27ème conférence de l'IUFRO (International Union of Forest Research Organization), qui a eu lieu à Nice du 2 au 5 juin 2015.

                                                               


Historique

L’Association GIEFS a été créée au début des années 1990 pour étudier les causes du jaunissement et de la chute prématurée des aiguilles des pins cembro du vallon de Mollières dans le Parc National du Mercantour. Progressivement, le GIEFS a étendu son champ d’action sur les Alpes-Maritimes et l’ensemble de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. D’autres essences ont ainsi pu être surveillées : pin sylvestre, pin d’Alep, pin laricio, pin de Calabre, pin maritime, chêne vert, hêtre ...

Ses recherches ont été orientées dans diverses directions (mise en évidence des pathogènes, acidité des eaux de pluies, déficience éventuelle de l’alimentation minérale des arbres, pollution de l’air). Les résultats obtenus ont désigné l’ozone comme une cause non négligeable de l’endommagement foliaire qui avait été observé sur certaines essences.


Notre mission

Au niveau national et depuis 2001, le GIEFS réalise le suivi des effets de l’ozone sur des placettes nationales RENECOFOR de l’Office National des Forêts (Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers): observations macroscopiques, prélèvements et analyses microscopiques sont effectués de manière régulière pour confirmer les symptômes visibles de l’ozone sur le feuillage des essences forestières. L’ensemble de la végétation arbustive et herbacée est aussi noté depuis 2001, conformément au protocole européen défini par l’ICP-Forests (International Co-operative Programme on Assessment and Monitoring of Air Pollution on Forests, ICP-Forests de l’ONU, Commission Economique pour l’Europe).

Le GIEFS réalise un suivi sur le long terme sur les cembraies du Parc National du Mercantour.

Le GIEFS a réalisé des études d’impact sur la végétation des autoroutes ESCOTA.

Le GIEFS collabore également avec les services des jardins de la principauté de Monaco.

Voir "Nos projets" 


Qu'est ce que l'ozone?

Dans la stratosphère, l’ozone (O3) joue un rôle d’écran naturel et bénéfique vis-à-vis des ultraviolets solaires (UV) dangereux pour la matière vivante (= bon ozone).

Dans la troposphère, l‘ozone est un polluant produit principalement par la transformation, sous l’effet du rayonnement solaire, des oxydes d’azote (NOX) et des Composés Organiques Volatils (COV) émis majoritairement par les activités humaines (= mauvais ozone). A certaines concentrations, l’ozone troposphérique a des effets nocifs sur la santé humaine et les écosystèmes.

L’ozone, gaz à effet de serre, contribue au réchauffement climatique et est le polluant atmosphérique le plus préoccupant pour les forêts.


Quels sont ses effets sur les arbres ?

Le gaz ozone pénètre dans le feuillage, au travers des stomates, et se dégrade instantanément au contact des cellules, entraînant des réactions en chaîne. Les symptômes peuvent être des nécroses foliaires, une chute prématurée des feuilles, une modification de l’ouverture des stomates et donc une réduction du taux d’activité photosynthétique. Ces pertes entraînent des diminutions de croissance et un affaiblissement des plantes, les rendant plus sensibles aux attaques parasitaires et aux aléas climatiques (sécheresse).



Membres de l'association

Mr Patrick Le Meignen : Président

Mme Laurence Dalstein-Richier: Chargée de recherche

Mme Marie-Lyne Ciriani: Attachée de recherche

Mr Claude Ellena: Trésorier


                                                          

                                                                                                                                    Nos partenaires             

                                                                                                                                                                 

                        Parc National du Mercantour                                                                                                                                      Office National des Forêts

Acceuil